Diversification alimentaire, attention aux aliments utltra-transformés

Depuis qu’il a commencé sa diversification alimentaire, bébé goûte enfin aux joies de l’alimentation solide. D’ici quelques mois, il pourra même déguster de bons petits plats. Blanquette de veau, poêlée forestière, risotto… de quoi mettre ses papilles en éveil ! Attention toutefois à respecter son équilibre alimentaire en lui proposant des recettes saines et adaptées à ses besoins nutritionnels. Autrement dit, halte aux aliments ultra-transformés. Pourquoi ? On vous explique tout dans cet article.

Les aliments transformés qu’est-ce que c’est ?

Ce sont des aliments artificiels qui ont subi de nombreuses transformations industrielles avant d’arriver dans leur packaging à la vente. Pour avoir un aspect, une texture et un goût qui plaisent au consommateur, ces aliments sont bourrés d’additifs chimiques. En d’autres termes, il ne reste de naturel dans ces produits que le nom qui figure sur l’emballage. On peut illustrer cette définition avec un exemple simple : le cacao est un aliment naturel, le chocolat est un produit transformé, les fameuses crèmes desserts qui donnent envie à tout le monde de se lever sont des produits ultra-transformés. 

Bien manger est important. Une alimentation trop riche en produits transformés peut favoriser le développement de problèmes de santé tels que l’obésité, le diabète de type 2, l’hypertension artérielle ou encore les maladies cardiovasculaires. De récentes études ont également affirmé que ce type d’alimentation pouvait augmenter le risque de cancer.

Aliments transformés et diversification alimentaire

Lorsqu’il commence à diversifier son alimentation, bébé découvre les aliments un a un. Ses besoins, qui restent sommaires, nous permettent de lui donner des aliments (fruits, légumes, céréales) bruts ou peu transformés, qu’ils soient fait-maison ou issus du commerce. Surtout lorsqu’on lui présente une préparation monosaveur. D’ailleurs, à ce propos, la réglementation est très stricte pour l’alimentation des tout petits et l’ajout d’additifs n’est pas autorisé dans les petits pots. Le seul produit fabriqué de toute pièce par l’industrie est le lait infantile. Malheureusement, lorsque l’on ne peut pas (ou qu’on ne souhaite pas) allaiter, il n’y a pas d’autres alternatives à ce jour. 

Il faut commencer à être vigilant sur les étiquettes lorsque votre enfant dépasse les 10 mois et que les plats deviennent plus complets. Là encore, la réglementation est stricte, mais elle n’empêche pas certains fabricants d’ajouter des substances dont on pourrait se dispenser. Les aliments transformés sont hyperglycémiants. Ils apportent très peu à l’enfant en terme nutritionnel, car ce sont des calories vides (peu de vitamines, de minéraux et de fibres). 

Autre élément important, c’est à cette période que le contenu de nos assiettes respectives commence à se ressembler. On peut alors être tenté de cuisiner les mêmes denrées alimentaires pour toute la famille, mais attention, les besoins nutritionnels de bébé sont encore bien différents des vôtres. On évite d’ajouter du sucre ou du sel. De même pas de brioche, de pâte à tartiner, de viennoiseries ou de jus de fruits avant 1 an pour bébé. Si vous ne mitonnez pas ses aliments vous-même, les plats transformés pour enfant ou pour adultes sont à bannir, car ils ne répondent pas aux mêmes règles alimentaires et contiennent encore plus d’additifs nocifs.  

Comment reconnaître un produit transformé lorsqu’on fait les courses ?

Premier réflexe à adopter : toujours regarder la liste des ingrédients qui composent un produit. Plus il y en a, plus ce dernier est transformé et donc à éviter. 5 ingrédients sont une bonne moyenne. S’il y en a moins c’est encore mieux, plus, ça commence à devenir problématique. Évidemment, si vous jetez votre dévolu sur une recette de poulet aux petits légumes préparée avec 5 légumes différents, la liste des ingrédients s’en voit automatiquement impactée, et c’est naturel. L’idée est de pouvoir reconnaître le ou les aliments d’origine et éviter les additifs inutiles. 

Fuyez également les packagings trop attractifs qui ont souvent quelque chose à cacher. En fait, si vous avez un doute, demandez-vous quels aliments vous auriez utilisés pour réaliser le plat que vous avez entre les mains, et quels ingrédients ici présents n’ont rien à faire dans la composition.

Adopter une alimentation saine et équilibrée

En bref, l’alimentation de bébé doit rester la plus naturelle et la plus simple possible afin de maximiser son capital santé dès le plus jeune âge. On lui cuisine des petits plats équilibrés qui lui apportent tous les nutriments nécessaires à sa croissance et on trop de produits alimentaires transformés. On mise sur fait-maison dès que possible. Les robots culinaires spécifiques à la cuisine pour bébé nous facilitent grandement la tâche puisqu’ils cuisent et mixent les aliments. On a juste à laver, peler et couper les ingrédients en petits morceaux. On peut même congeler le surplus pour les prochains repas, top non ? Quand on manque de temps (et ça arrive à tout le monde, rassurez-vous), on se tourne vers des produits industriels équilibrés (de préférence bio, local et de saison). 

Potpotam s’occupe de vos petits gourmets en proposant de délicieuses recettes de pots pour bébé frais et bio. Mijotés dans nos ateliers non loin de Montélimar, nos petits pots préservent les vitamines, les nutriments, le goût et les couleurs des aliments grâce à un procédé de cuisson à basse température. Découvrez notre gamme de purées et de compotes et régalez-vous (enfin… laissez-en un peu à bébé quand même 🙂 .

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour haut de page